Gender Bending Fashion

« Gender Bending Fashion » retrace une riche histoire de perturbations, de flous et de redéfinition des conventions de genre dans le vêtement.

ECRIT PAR
PUBLIÉ LE
ECRIT PAR
PUBLIÉ LE
TAG
PARTAGER

Un siècle de style qui bouscule les codes.

Sur le tapis rouge des Academy Awards 2019, Billy Porter portait une robe de smoking hybride.
En 1970, sur la pochette de son album The Man Who Sold the World, David Bowie portait une robe.
Et puis il y a eu Marlène Dietrich, flamboyante dans son smoking scandaleux dans Cœurs brulés. C’était à l’automne 1930.

Les règles du jeu et les limites de la mode binaire à l’écran et dans les rues sont constamment repoussées.
Des icônes se sont toujours rebellées et le Musée des Beaux-Arts de Boston est prêt à les célébrer.

L’exposition retrace un siècle de haute couture et de prêt-à-porter qui ont su défier les lois binaires du vêtement.
Plus de 60 silhouettes de designers pionniers tels que Rad Hourani, Rei Kawakubo, Alessandro Michele ou Jean Paul Gaultier y sont présentées.
On retrouve egalement des looks historiques comme le « garçonne » des années 20 ou ceux de la « Peacock Revolution » des années 1960.

« Un regard sur le passé peut illuminer les espoirs d’avenir. Gender Bending Fashion est un projet qui célèbre celles et ceux qui défient les normes culturelles par leur travail et leurs choix vestimentaires personnels. »

Michelle Finamore, conservatrice des Arts de la mode au MFA de Boston


Le parcours

Gender Bending Fashion est divisée en trois sections: Disruption, Gender Blurring et Transcend.

La première section de l’exposition, « Disruption », porte sur les moments de l’Histoire qui défient les codes de genre. Elle porte un regard sur les révolutions culturelles qui ont remis en cause les standards occidentaux comme « l’homme en costume » et « la femme en jupe » par exemple.

«Gender Blurring» attire l’attention sur les moments où la frontière entre la mode masculine et la mode féminine s’est réduite.
Cela passe par une étape aussi simple que celle de faire du vélo.
En effet à la fin du 19e siècle, les femmes ont commencé à se déplacer à vélo, gagnant en indépendance. Elles ont dû adopter des vêtements adaptés comme des pantalons bouffants qui ressemblaient beaucoup à ceux des hommes de l’époque.

Enfin, la section «Transcend» s’inscrit dans la modernité. On y retrouve des designers contemporains qui font l’actualité et ceux qui feront le futur d’une mode non binaire.
Les vêtements présentés ont beaucoup à raconter sur les changements sociétaux intervenus au cours du siècle dernier. L’évolution des rôles de genre et la visibilité accrue des communautés LGBTQIA+ s’exercent sur les réseaux sociaux, outils puissants d’expression.

Des icônes mais pas que

Des pièces phares ayant appartenu à David Bowie, Marlene Dietrich, Janelle Monáe ou encore Lady Gaga, servent à mettre en lumière les mutations sociales survenues au cours du siècle dernier.

Mais Michelle Finamore et le MFA ont voulu inclure les expériences vécues par des «gens de la rue» de tous les jours, et en particulier «les gens des rues de Boston». Par le biais d’une annonce sur les réseaux sociaux, le MFA a invité les habitants de la Nouvelle-Angleterre à partager leur style quotidien. Parmi les soumissions, dix personnes ont été choisies et leurs styles mis en valeur dans la galerie.

Le musée s’est inspiré d’Instagram pour intégrer du contenu issu du monde des réseaux sociaux afin de mettre en lumière un phénomène de mode largement influencé par ces espaces numériques.

En résumé, Gender Bending Fashion offre une vue d’ensemble sur l’histoire de la mode genrée et les personnes qui ont révolutionné et influencé le récit.
Cette exposition vous invite à vous habiller avec un regard neuf.

Gender Bending Fashion du 21 mars au 25 août 2019
Museum of Fine Arts Boston
465 Huntington Avenue
Boston, USA

Mannequins Bonaveri TRIBE, Schlappi 2200 et Schlappi 4000 Kid.

crédits photo et source: MFA Boston

© 2019 Bonaveri France. Tous droits réservés.
Retour haut de page